Le chômage frappe encore les diplômés du supérieur et perte de 137 mille emplois à ce jour !

Publié par | 17 mai 2013 | Emploi en tunisie



16-05-2013-19-50-40pib

Selon les chiffres de l’Institut national de la Statistique (INS) rendus publics, ce jeudi, 16 mai 2013, à Tunis, le taux de chômage des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur a atteint, durant le premier trimestre de l’année en cours, 33,2% touchant à hauteur de 22,6% les hommes et 45,3% les femmes.

Au total, le nombre des chômeurs des diplômés de l’enseignement supérieur a touché 230,9 mille chômeurs, durant le premier trimestre de l’année en cours, contre 227,8 mille chômeurs durant la même période de l’année dernière, enregistrant ainsi une hausse équivalente à 3,1 mille chômeurs.

En effet, environ 137 mille emplois ont été perdus depuis la Révolution, à ce jour, a indiqué un responsable de l’INS. Il a précisé, en revanche, que les chiffres sont en train de s’améliorer par rapport aux années précédentes, soulignant que 6,6 mille nouveaux emplois ont été créés dans le secteur agricole, durant le premier trimestre de l’année en cours. Plus encore, 3 mille nouveaux emplois ont été créés dans les industries manufacturières, 4,6 mille dans celles non manufacturières et 23,5 mille emplois dans les services.

Un PIB en hausse de 2,7%

Au sujet des indices économiques, les chiffres de l’INS, ont indiqué que le PIB de la Tunisie au cours du premier trimestre de l’année 2013, a enregistré une hausse de 2,7% par rapport à la même période de l’année 2012. Les secteurs qui ont enregistré une progression sont principalement ceux des transports et des télécommunications avec respectivement 3,5% et 9,5% et ce en dépit de la crise du secteur de l’hôtellerie et de la restauration.

Cette hausse est concerne également le secteur des industries manufacturières qui a progressé de 2,1% et ce suite à l’évolution des chiffres des industries alimentaires avec 8,6% et la reprise de la production du secteur des industries mécanique, électrique, textile et habillement et du cuir. Le secteur de l’eau a aussi contribué dans l’évolution du PIB, enregistrant ainsi une hausse de 6,2% suite à celle de la demande sur les eaux d’irrigation. Les services non marchands ont également enregistré une augmentation élevée équivalente à 6,5%.

En revanche, les industries non manufacturières ont connu une baisse de 0,2% suite à celle de la production dans le secteur des mines (-19,3%) ainsi que dans le secteur de raffinerie de pétrole (-1%) et l’extraction du phosphate et du gaz naturel (-1,2%).

Le secteur agricole et des pêches a connu aussi une baisse de -1,6% en comparaison avec le premier trimestre de l’année 2012.

Hausse des exportations et des importations

Les résultats des échanges commerciaux de la Tunisie avec l’extérieur font ressortir une progression des exportations, durant les 4 premiers mois 2013, de 9,9%, atteignant une valeur de 9459,1 MD. Les importations ont évolué, quant à elles, de 8%, soit une valeur de 12871,4 MD, ce qui porte le déficit commercial à 3412,3 millions de dinars (MD) contre 3316 MD, durant la même période en 2012. Par contre, le taux de couverture des importations par les exportations a progressé de 1,3 point par rapport à son niveau de l’année dernière pour atteindre 73,5 %.

La hausse des exportations est expliquée par la croissance des exportations et des importations sous le régime off shore où les exportations ont évolué de 6,1%, durant les quatre premiers mois de l’année en cours, contre 2,5%, durant la même période de l’année dernière, tandis que les importations sous ce régime ont progressé de 3,4% contre une baisse de 0,8%, en 2012. Egalement, les échanges relevant du régime général ont connu une hausse au niveau des exportations de 16,9%, en 2013, contre 12,9%, en 2012. Les importations ont également progressé de 9,9%, durant les quatre premiers mois de 2013 contre 20,4% à la même période de l’année dernière.

Cette hausse est imputée, également, à la hausse des exportations de la plupart des secteurs, essentiellement, les secteurs de l’agriculture et des industries alimentaires (26,1%), des phosphates et dérivés (16,4%), des industries mécaniques et électriques (5,1%), du textile/habillement et du cuir (6,5%) et des autres industries manufacturières(18,7%).

S’agissant des importations, l’INS a imputé leur augmentation de 8% (4 mois 2013), à la hausse des importations de la plupart des secteurs, essentiellement, les produits alimentaires (22,4%), les produits de consommation hors alimentation (6,9%) et l’énergie (9,2%).

En revanche, les résultats montrent un fléchissement du rythme de croissance des importations des matières premières, des produits semi-finis (3,8%) et des biens d’équipement (4,1%).

Inflation quasiment stabilisée

Au sujet de l’inflation, l’INS relève que l’inflation s’est quasiment stabilisée à 6,4%, en avril 2013, contre 6,5% en mars 2013, et 5,8% en février 2012. Une légère régression de 0,1 point résulte de la baisse du taux d’inflation du groupe « alimentation et boissons », en glissement annuel, de 8,8%, en mars, à 8,2%, en avril.

Le taux d’inflation enregistré entre avril 2012 et 2013 résulte de l’augmentation du groupe « alimentation et boissons » (8,2%), à la suite de la hausse des prix des viandes (14%), des huiles alimentaires (13,6%), des légumes et des fruits secs (10,6%), des boissons (5,5%), et des boissons alcoolisés (16,5%).

L’indice des prix du groupe « transport » a également évolué de 6,2%, en raison de l’augmentation des prix des hydrocarbures (10,3%), des véhicules (4,8%) et des services du transport privé (1%). De même, les prix du groupe « logement et énergie domestique » ont crû de 5,3%, suite à l’accroissement des prix de l’électricité et du gaz (7,2%), ainsi que des loyers (4,5%).

L’augmentation a atteint 7,3%, en glissement annuel, pour les produits dont les prix sont libres, contre 4,3% pour les produits subventionnés. Ces taux sont de l’ordre de 9,2% pour les produits alimentaires libres et de 3,2%, pour ceux subventionnés. En revanche, l’indice des groupes « alimentation et boissons » est resté stable en comparaison avec le mois de mars 2013.

Laisser une réponse

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.